Les jeunes Français sont-ils bons en langues étrangères ?

Eh bien, non, toujours pas. Fidèles à leur réputation, les collégiens et lycéens français ne brillent pas en langues, mais il y a un léger mieux. Une étude du Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire présentée aujourd’hui montre que si le niveau moyen s’améliore, il reste cependant insuffisant.

À l’écrit, c’est moins mauvais. Mais c’est à l’oral, notamment en expression, que les jeunes ont des difficultés. En fin de primaire, en anglais, seul un élève sur deux (54%) maîtrise la syntaxe des questions et des phrases simples. Et en fin de collège, 75% des élèves n’arrivent pas à bien se faire comprendre.

Les pays européens ayant les meilleurs résultats ont mis l’accent sur l’apprentissage des langues étrangères dès l’école primaire, et cela depuis plusieurs décennies. La France ne le fait que depuis les années 2000. On peut donc y voir une certaine marge de progression. Mais le problème vient aussi du manque de formation des enseignants de primaire, qui ont souvent un niveau insuffisant pour enseigner une langue étrangère.

La France est classée dans les derniers rangs des Etats européens qui se sont soumis aux tests de Surveylang, l’étude européenne sur les compétences langagières et linguistiques commandée par la Commission européenne, loin derrière les pays de tête, d’Europe du nord tels que la Suède ou la Finlande, d’Europe centrale et orientale.

L’ensemble des pays européens rencontre des difficultés à faire atteindre le niveau attendu à la sortie du collège pour une majorité d’élèves. En anglais, que ce soit au niveau de la compréhension de l’écrit, de l’oral ou de l’expression écrite, la France est le pays d’Europe où les élèves rencontrent le plus de difficulté à atteindre le niveau attendu : seuls 23% des élèves atteignent le niveau espéré à la fin du collège, tandis que la moyenne des pays européens se situe à 41%.


Posts récents

Voir tout